News Africa 75215 visites
Accueil

PRESIDENTIELLE 2012

Vendredi 18 Septembre 2009 - 0:20:57

 

 

Abdoulaye Wade : ’’Je serai candidat en 2012’’

 Le chef de l’Etat sénégalais Abdoulaye Wade, 83 ans, a annoncé, jeudi à Washington DC, qu’il sera candidat à sa propre succession à l’élection présidentielle prévue en 2012.

‘’Je suis candidat en 2012 Inch’Allah. Si Dieu me donne longue vie, ma santé et mon cerveau, je serai candidat en 2012’’, a déclaré Me Wade dans un entretien avec la section francophone de la Voix de l’Amérique.

‘’Il y a des gens qui réclament la démocratie et qui ne sont pas des démocrates au Sénégal. Il faut laisser le peuple sénégalais se déterminer. Que chacun se présente, que le jeu soit ouvert. Nous sommes dans une démocratie’’, a ajouté le président de la République.

Me Wade se trouve à Washington pour la signature du Millenium Challenge Account (MCA), un appui financier de 270 milliards de francs CFA du gouvernement américain destiné à financer la construction d’infrastructures.

La semaine dernière, des jeunes de sa formation politique, le Parti démocratique sénégalais (PDS), ont réclamé sa candidature à la présidentielle de 2012, estimant qu’il est le seul capable de réunir autour de lui ses militants.

Abdoulaye Wade est arrivé au pouvoir en mars 2000 pour un premier mandat de sept ans. Il a été réélu en février 2012.

Aps.

 

   
 

Grippe A(H1N1)

Jeudi 17 Septembre 2009 - 0:3:29

Le Sénégal est épargné sur les cas de grippe A (H1N1), selon le directeur de la prévention médicale


 Le directeur de la prévention médicale, docteur Aboubacry Fall, a indiqué mercredi que tous les pays doivent se considérer comme potentiellement ‘’menacés’’ par la grippe A (H1N1), même si, le Sénégal est, pour le moment ‘’épargné’’ des cas de grippe.

‘’Il ne faut pas qu’on se voile la face, nous sommes face à une situation de pandémie à l’échelle planétaire’’, a notamment dit le médecin, lors d’un atelier d’information sur la grippe A (H1N1), mercredi.

Selon lui, tous les hôpitaux du Sénégal doivent prendre les mêmes dispositions pour une prise en charge ‘’correcte’’ d’éventuels cas d’affection de cette maladie même si, dit-il, le Sénégal est pour le moment épargné.

‘’Cette recommandation n’est pas spécifique à la région de Dakar’’, a encore souligné docteur Fall, soulignant que toutes les régions médicales doivent être en alerte, parce que la saison hivernale favorise toute sorte de grippe.

A ce sujet, le docteur Mady Ba, conseiller technique au ministère de la Santé, de la Prévention et de l’Hygiène publique a renseigné que la seule façon de faire la distinction entre la grippe saisonnière et la grippe A (H1N1) c’est de faire des prélèvements et des tests.

‘’C’est pourquoi, a-t-il expliqué, l’Institut Pasteur est en train de sillonner les différentes structures de santé, pour mettre en alerte toutes les régions médicales.

Selon le docteur Ba, pour pouvoir couvrir tous les besoins d’achats en médicaments en cas de détection de cas de grippe, le Sénégal devra dépenser entre 2 et 67 milliards en fonction du schéma qui sera mis place pour apporter une réponse.

S’agissant des mesures de prévention prises pour les pèlerins sénégalais en partance pour les lieux saints de l’Islam, il a fait savoir que le Sénégal se conforme aux dispositions prises par le pays d’accueil, l’Arabie Saoudite.

Le docteur Malang Coly, chargé de programme au bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a, pour sa part, confié que son institution préconise des stratégies de réponses en cas d’infection.

‘’L’OMS négocie pour mettre un stock de vaccin à la disposition des pays en voie de développement, mais aussi pour apporter une réponse aux éventuels cas d’infection de cette pandémie’’, a soutenu docteur Coly.

‘’Il est clair, a-t-il poursuivi, que l’OMS est en train de négocier avec les pays fabriquant de vaccins contre la grippe A (H1N1) pour que les prix qui doivent être appliqués aux pays les moins nantis, soient revus à la baisse’’.

Il a, a cet effet, fait savoir, que les pays en voie de développement souffriront le plus de cette pandémie, s’il arrive que l’un d’eux ait constaté des cas d’affection de grippe A (H1N1).

Aussi, a noté le docteur Coly, ‘’le Sénégal est à la recherche de son premier cas de grippe’’.

Aps

   
 
 

 
 

Marie Ndiaye sur son nouveau roman

Mardi 15 Septembre 2009 - 20:25:54

 

’J’avais envie d’évoquer l’émigration clandestine sous une forme sensible’’


 La Française Marie Ndiaye a confié que les références à l’émigration clandestine contenues dans ‘’Trois femmes puissantes’’, son nouveau roman, se justifient par son ‘’envie’’ de donner une forme romanesque à cette question fortement évoquée par les médias.

‘’J’avais envie de donner une forme romanesque, sensible à ces histoires tragiques’’ liées à l’émigration clandestine, a déclaré sur France 24 l’auteur française dont le dernier roman est présenté par la critique comme l’un des évènements de la rentrée littéraire 2009.

Composé de trois récits emboités, ce roman publié aux éditions Gallimard met en scène la condition humaine contemporaine et raconte des vies déchirées entre l’Afrique et la France, à travers des questions comme les migrations et les questions d’appartenance.

L’idée était surtout de montrer à quel point les jeunes clandestins étaient ‘’de véritables héros’’ affrontant ‘’des épreuves inouïes avec une vaillance que je trouve incroyable’’, a précisé Marie Ndiaye, née d’un père sénégalais et d’une mère française.

Le roman met en scène Norah, une avocate vivant en France, qui se rend en Afrique, convoquée par son père africain, pour défendre son frère accusé du meurtre de sa belle mère. Le père avait quitté la mère, française, et la France, en kidnappant son fils, laissant une plaie béante, un traumatisme irréparable.

Le second volet de ce triptyque évoque un Blanc revenu d’Afrique après y avoir grandi avec sa mère et son père. Il revient avec une épouse noire, Fanta, personnage en creux autour duquel vont se révéler des secrets refoulés – dont le meurtre raciste d’un Africain par le père blanc.

Le dernier récit relate la trajectoire d’une femme en Afrique, Khady Demba, rejetée par sa belle-famille après la mort de son mari, qui tente de passer clandestinement en Europe.

Les trois femmes évoquées par ce roman ont en commun de faire face à des épreuves ‘’extrêmement dures’’, mais chacune d’entre elles a au fond d’elle-même, une force puissante qui fait qu’elles sont ‘’inaccessibles au sentiment d’humiliation’’, commente Marie Ndiaye.

Venue très tôt à l’écriture, alors qu’elle était encore au lycée, Marie Ndiaye a publié ‘’Quant au riche avenir’’ (Editions de Minuit) son premier roman, en 1984. Il est suivi de ‘’Comédie classique’’ (P.O.L., 1987), avant la publication de son troisième roman ‘’La Femme changée en bûche’’ (Minuit, 1989).

Marie Ndiaye, considérée comme l’une des écrivains les plus marquantes de sa génération, est également l’auteur de ‘’Rosie Carpe’’ (Minuit, 2001) et de ‘’Papa doit manger’’ (Minuit, 2003).

Aps



   
 

Pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >>
   ...
Réalisé par Africaciel.com