News Africa 83418 visites
Accueil

Marie Ndiaye sur son nouveau roman

Mardi 15 Septembre 2009 - 20:25:54

 

’J’avais envie d’évoquer l’émigration clandestine sous une forme sensible’’


 La Française Marie Ndiaye a confié que les références à l’émigration clandestine contenues dans ‘’Trois femmes puissantes’’, son nouveau roman, se justifient par son ‘’envie’’ de donner une forme romanesque à cette question fortement évoquée par les médias.

‘’J’avais envie de donner une forme romanesque, sensible à ces histoires tragiques’’ liées à l’émigration clandestine, a déclaré sur France 24 l’auteur française dont le dernier roman est présenté par la critique comme l’un des évènements de la rentrée littéraire 2009.

Composé de trois récits emboités, ce roman publié aux éditions Gallimard met en scène la condition humaine contemporaine et raconte des vies déchirées entre l’Afrique et la France, à travers des questions comme les migrations et les questions d’appartenance.

L’idée était surtout de montrer à quel point les jeunes clandestins étaient ‘’de véritables héros’’ affrontant ‘’des épreuves inouïes avec une vaillance que je trouve incroyable’’, a précisé Marie Ndiaye, née d’un père sénégalais et d’une mère française.

Le roman met en scène Norah, une avocate vivant en France, qui se rend en Afrique, convoquée par son père africain, pour défendre son frère accusé du meurtre de sa belle mère. Le père avait quitté la mère, française, et la France, en kidnappant son fils, laissant une plaie béante, un traumatisme irréparable.

Le second volet de ce triptyque évoque un Blanc revenu d’Afrique après y avoir grandi avec sa mère et son père. Il revient avec une épouse noire, Fanta, personnage en creux autour duquel vont se révéler des secrets refoulés – dont le meurtre raciste d’un Africain par le père blanc.

Le dernier récit relate la trajectoire d’une femme en Afrique, Khady Demba, rejetée par sa belle-famille après la mort de son mari, qui tente de passer clandestinement en Europe.

Les trois femmes évoquées par ce roman ont en commun de faire face à des épreuves ‘’extrêmement dures’’, mais chacune d’entre elles a au fond d’elle-même, une force puissante qui fait qu’elles sont ‘’inaccessibles au sentiment d’humiliation’’, commente Marie Ndiaye.

Venue très tôt à l’écriture, alors qu’elle était encore au lycée, Marie Ndiaye a publié ‘’Quant au riche avenir’’ (Editions de Minuit) son premier roman, en 1984. Il est suivi de ‘’Comédie classique’’ (P.O.L., 1987), avant la publication de son troisième roman ‘’La Femme changée en bûche’’ (Minuit, 1989).

Marie Ndiaye, considérée comme l’une des écrivains les plus marquantes de sa génération, est également l’auteur de ‘’Rosie Carpe’’ (Minuit, 2001) et de ‘’Papa doit manger’’ (Minuit, 2003).

Aps



   
 

Commentaires


   ...
Réalisé par Africaciel.com